• Premiere obeissance

    Mise à jour

    je ne m'attendais pas à ce que monsieur (oui c'est monsieur maintenant) me demande d'enlever tout de suite mes sous vêtements.

    je réponds quand même à la question qui a précédé l'ordre je m'entends répondre : "monsieur je porte un string et un soutien gorge à balconnets bleu nuit".

    je rougis tout de même et par un réflexe de pudeur un peu bizarre suite à ce que je viens de dire je regarde autour de moi pour voir si un voisin a éventuellement entendu cet ordre.

    Non, les plus proches voisins sont assez loin et semblent occupés avec leur téléphone portable et leurs journaux.

    Je me lève donc, prends mon sac et pénêtre dans le café, une pièce assez longue avec le bar le long d'un mur , une jeune serveuse est occupée à laver des verres et la patronne derrière sa caisse regarde d'un air amusé et curieux un jeune couple occupé à s'embrasser.

    Je cherche les toilettes du regard, la patronne me fait signe d'un geste de la tête l'endroit, au fond de la pièce, après le bar à droite.

    je verrouille la porte et inspecte les lieux. C'est propre, très propre même, rare pour un café, je sais gré à monsieur d'avoir choisi ce lieu. je dégrafe ma robe et l'enlève la suspendant à la patère. je défais mon soutien gorge et fais glisser le string le long de mes cuisses et de mes jambes. Il rejoint l'autre pièce de vêtement dans mon sac.

    je me vois nue dans la grande glace au dessus du lavabo. des souvenirs remontent à la surface quand ma maitresse me faisait mettre nue dans la chambre avant de me présenter à elle, comme maintenant, chaussée seulement d'escarpins totalement épilée prête à tous les plaisirs.

    J'ai la bouche sèche, mais une chaleur monte entre mes cuisses, je bois un peu d'eau puis me rhabille. Le frottement du tissu sur mes seins en fait dresser la pointe. je sens ma nudité sous la robe au petit courant d'air qui vient d'une petite fenêtre entrebaillée.

    Je me remaquille rapidement, je sors, me seins se balancent sous la robe à chaque pas, ce qui fait tendre encore plus les tétons agacés par le tissu. Assis devant sa bière un homme me regarde d'un air niais, la patronne m'examine des pieds à la tête. Une femme sait déceler les changements sur une de ses semblables.

    Elle perçoit le balancement de mes seins, elle a un imperceptible sourire : Bonne journée mademoiselle me dit elle .

    je sors poursuivie par son regard inquisiteur je suis certaine qu'elle se demande si j'ai enlevé aussi ma culotte.

    A la terrasse à la demande de monsieur je remets mes sous vêtements roulés en boule dans le creux de ma main. Il a l'élégance de ne pas les étaler sur la table et me remets une lettre .

    Nous nous quittons je fourre la lettre dans la poche ce n'est que chez moi que je la lis.

    la nuit je fais des rêves érotiques où sont mêlés mon ancienne maitresse, monsieur, la patronne du bar

    le lendemain je me prépare pour le rendez vous Monsieur a dit même tenue. Nue , après être soigneusement lavée et parfumée, maquillée je repasse ma robe noire , ôte tous mes bijoux, même la petite chaîne qui ne quitte jamais mon cou et la bague sertie d'une émeraude qui rappelle mon regard. Je passe le seul vêtement qui m'est autorisé et je vais à l'adresse indiquée.

    ans la rue je me regarde dans le reflet des vitrines, je sens mes seins libres et mon ventre nu et lisse.

    j'arrive à l'adresse, à l'heure.

    je sonne, j'attends.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :