• Deuxième demi-journée de punition

    Mise  à  jour

    La première heure de cours se déroule normalement, c:'est à dire que personne ne traite Lynn de salope ou ne lui parle de sa première demi-journée. A l'inter-cours, le garcon qui t'a vu dans les toilettes s'approche, te tend une enveloppe : « De la part du prof de philo » Il hésite, se dandine : « c'était toi tout à l'heure avec les garçons ? J'aimerais moi aussi, tu le ferais avec moi ? » Une des filles à coté de Lynn le regarde, regarde Lynn les yeux écarquillés : « Mais qu'est ce qu'il raconte, tu faisais quoi dans les toilettes Lynn ? » Le garçon rougit, regarde une fois encore Lynn puis part en courant rejoindre ses copains.

    Une fois en cours, Lynn ouvre la lettre qui contient juste une phrase calligraphiée : « A la récréation de l'après- midi va en salle B345 » C'est une salle un peu à l'écart du lycée, désaffectée du fait des changement de programmes, elle servait aux cours de cuisine des anciens EMT. 10' avant la fin du cours, le professeur te regarde : « Lynn votre professeur de philosophie a demandé à ce que vous sortiez plus tôt, vous pouvez quitter la salle » Un murmure s'élève de la classe, un groupe d'amie de Lynn murmure : « Mais qu'est ce qui se passe ? Ce matin au piquet, puis le gamin tout à l'heure et maintenant elle sort avant nous »

    Lynn se dépêche pour rejoindre la salle en question, elle pousse la porte, la salle est sombre , poussiéreuse, sauf l'estrade qui est propre, nettoyée, luisante. Sur l'estrade un étrange appareil ressemblant à un rameur d'appartement, il y a un rail central avec coulissant de chaque coté du deux coussinets, le rail se termine par une tige verticale, à la base de cette tige, monté sur un boudin souple une forme en bois, en haut de la tige une barre en croix avec à chaque bout de la croix une pince tenue par un élastique, et enfin de l'autre coté du rail, sur un socle coulissant une autre forme en bois similaire à celle de devant. Lynn a juste le temps de réaliser que les formes en bois sont des godemiché joliment ouvragé qu'elle entend une voix et remarque à ce moment un homme dans l'hombre d'une armoire. « Met toi nue Lynn et mets toi à genoux sur les coussinets mains dans le dos, dépêche toi » Lynn s'exécute, l'homme s'approche appuie de sa main ganté sur le dos de Lynn qui coulisse vers le gode de devant, il prend son temps pour bien l'installer, caresse légérement Lynn et pousse plus fermement pour qu'elle aspire doucement le bois devant elle.

    Il sourit : « Ils ont raison, tu es parfaite, facilement stimulable, facilement lubrifiée, c'est parfait » Il prend un sein dans sa main, le fait rapidement jouer dans sa main gantée puis tire une pince des bras de la croix pour la mettre au joli jeune sein de la débutante indisciplinée. Consciencieusement, avec précision il effectue la même opération sur l'autre sein de la nouvelle dévergondée, puis il dépose une noix de lubrifiant sur son petit cul encore serré soupirant : « Il faut toujours un peu de temps aux jeunes salopes pour être bien ouverte du cul » Puis il fait glisser le gode arrière pour le mettre à la place qui lui échoit : bien au chaud dans le cul de la petite Lynn. Il s'écarte, contemple son action puis actionne un bouton, les deux membres en bois se mettent à vibrer. Il murmure à l'adresse de Lynn : « Eh oui cela vibre en plus, l'étudiant qui a fait cela était bon en mécanique, il a eu son bac pro avec mention et est devenu meilleur ouvrier de France » Il soupire : « Il n'y a pas que les philosophes qui aiment les salopes » Puis professoralement : « Bon tu as jusqu'à la sonnerie comme cela puis tu peux te défaire, remettre ta robe et aller à ton dernier cours, bonne récréation petite Lynn »

    Le dernier cours se passe à son tour, Lynn a t elle réussi à le suivre ou a t elle passé l'heure à penser à la machine du brillant étudiant ? Nul ne sait par contre ce qui est sur c'est qu'à la sortie du cours un surveillant est entré dans la classe et à crier « Lynn chez le surveillant général » Dans le couloir pour l'y conduire, le surveillant regarde Lynn du coin de l'oeil : « C'est bizarre tu es plutot disciplinée d'habitude et il y a pas eu de conneries de fait cet après midi, enfin bon » Arrivé devant le bureau du « surG », il ouvre la porte et dit : « Voici Lynn monsieur » Celui-ci se lève et pousse un élève dehors : « Toi va t en et arrête d'écrire des graphitis cochon dans les toilettes » Le surG commente sur un ton de désapprobation en regardant Lynn: « il avait écrit Lynn est une salope sur les mur d'un wc enfin on lui a fait nettoyer » Le petit porteur de lettre rougit encore sous le regarde de Lynn et quitte le bureau du surveillant général qui indique à son subalterne qu'il peut rentrer chez lui.

    Il se retourne alors vers Lynn tout content : « Alors c'est toi la nouvelle en formation et en plus tu es désobéissante » Il glouse en se frottant les mains : « parfait, parfait pose les deux mains sur le bureau là et recule tes pieds, non recule encore, allez très bien ne bouge plus » Il retourne la robe légère de Lynn, la faisant glisser sur les jambes, le dos et finalement les épaules de Lynn qui se retrouve le visage caché par sa robe. La porte du bureau s'ouvre sans avertissement, une voix de femme dit : « La nouvelle est donc vraie il y a une petite nouvelle, je me suis fait dire cela par nos adorables petites blackettes qui étaient toutes propres » Elle fait glisser son doigt sur le dos de Lynn : « et je crois que notre jeune novice n'était pas pour rien dans cette propreté » Elle se tourne vers l'homme qui a à la main maintenant un faisceau de 5 cordelettes sur lesquelles des nœuds ont été faits : « Qu'a t elle fait ? » « Je ne sais pas mais je dois la punir sufisament » « Ah je vois » La femme tapote le fessier offert de Lynn : « Courage ma fille mais quand on a fait une bêtise il faut être punie » Elle sort du bureau.

    Le surveillant général malaxe un peu les fesses de la punie puis commence à asséner des coups avec ses cordes, il frappe vigoureusement puis légèrement essoufflé il commente : « D'habitude je m'arrête à 20 mais là tu as le droit à une spéciale ». Il continue quand il commence à entendre les gémissements de Lynn, il glisse un doigt sur les joues de l'infortunée puis dubitatif murmure : « non encore » Il frappe de nouveau 20 coups avec conviction, glisse à nouveau son doigt qu'il sort de sous la jupe mouillée par les larmes de Lynn. Il soupire : « C'est bon relève toi, va en salle des professeur il t'attend »

    Lynn sort de ce douloureux bureau pour voir la silhouette du gamin disparaître dans un tournant puis finalement il revient vers elle : « Alors le gros surG aussi il t'a ... j'avais raison alors tu es une salope ... » Et il part en courant une fois de plus. Dans la salle des professeur, vide à cette heure, je la vois enfin arriver, le visage humide, les yeux un peu perdus par sa journée si difficile et si riche. Qu'elle est belle Lynn ainsi perdue par la douleur de la dernière fessée, fatiguée par les rebondissement de cette journée mais quand même là pour moi, pour poursuivre le jeux que nous avons commencé. Arrivée près de ma chaise, je me lève l'embrasse tendrement, prenant le temps d'aspirer doucement ses lèvres, de les lécher, de les coller aux miennes, de les remuer délicatement avant de chercher sa langue avec la mienne, de la lécher avec la mienne de l'aspirer délicieusement pour légérement l'écarter et terminer ce premier contact entre nous deux par une longue et délectable succion des lèvres, ma langue glissant dessus, dedans, juste derrière ses lèvres. Avant de me rassoir, je lui positionne ses mains dans le dos, soulève sa jupe pour vérifier la couleur de ses fesses : « La journée a été rude n'est ce pas, mais pourquoi donc as tu désobéis ? N'était ce pas une idée folle ? » Je regarde sur ma table, prend une feuille dactylographier : « Bien pour demain je te veux à la même heure que ce matin comme tu aurais du être ce matin : propre, rasée, épilée, sans sous vêtements. Mais comme tu sembles devoir être particulièrement suivie tu mettras des chaussures à talon et demain matin tu me remettras une feuille recto-verso sur le thème 'Pourquoi une soumise obéit-elle et que ressent elle en obéissant ' »

    je ne peux m'empêcher d'embrasser cette jeune fille si belle et si prometteuse et quitte rapidement la salle des professeurs.

    Lui


    votre commentaire
  • La fuite avant ... la punition

    Mise à jour

    Dans quoi me suis-je fourrée....?? tout le lycée est au courant ou quoi? puis tant de monde sont dans ce cercle vicieux.. mais c'est si bon ! Je ne comprends pourquoi j'aime ça, pourquoi j'aime que petit à petit les gens me voient comme une salope, j'en suis pas une... et j'ai encore mal aux fesses à cause de ce qu'ils m'ont fais... mais j'ai aimé me faire prendre comme ça, là ou c'est risqué, là ou on peut être vue, là ou je suis forcée.. mais il aurait pu y aller plus doucement ou s'attaquer à devant..

    Puis le petit m'a vu... si ça continue ils vont tous me voire me faire prendre..! Et ce black qui m'a vu.. je l'ai déjà vu, il est beau, et je suis particulièrement attiré par les black.. puis j'aurai aimer savoir s'il à une grande et grosse bite, comme il se dit souvent des noirs... oh mon dieu à quoi je pense !!

    Je suis là sur la table de gynécologie, les cuisses écartées, l'infirmière me doigtant.. Elle doigte bien, mais le contact du latex du gang n'est pas très appréciable... J'aime ce qu'elle me fait, je commence à gémir sous ses mouvements de doigts, mais je me fais discrète... "Que j'aille faire quoi??" et là elle me lève de la table, et me pousse vers les filles qui commencent déjà à se déshabiller, ce qui n'est pas très dur pour elles, elles sont peu vêtues, de vraie garces du lycée...! Je tombe entre les cuisses écartées de l'une, elle me prend la tête et me la plaque contre sa chatte, je tourne la tête, ma joue est au contact de cette chatte encore mouillée et pleine de sperme... je n'apprécie pas ! mais l'odeur de sperme m'interpelle et m'attire... Elle reprend ma tête et la plaque contre sa chatte, cette fois si c'est mes lèvres qui sont au contact de la chatte !

    Elle m'ordonne de la lécher, ce que je fis... la première fois de a vie que je le fais, jamais je n'y est penser.. ce n'est pas si dégoutant, mon chéri m'a déjà fait gouter ma mouille, sur sa bite, sur ses doigts, sur ces lèvres, je n'en suis pas fan mais ça ne me dérange pas trop.. ce mélange de mouille et de sperme est assez excitant.. je lèche en fermant les yeux, en n'y pensant pas !

    La seconde fille réclame ma langue.. ! Mais elle présente son cul, encore ouvert, et taché de sperme ! alors là non ! pas ça ! Je fais feinte de me lever pour la voire, mais j'arrive a partir en courant, j'ouvre la porte, va dans le couloir et cour là où il y a du monde.. Deux minutes après la sonnerie retenti, je vais en cour en esquivant le regard de tout le monde, de mes copines et du prof.. Mais il va savoir que je me suis enfuie... comment faire...

    Petite asiate


    votre commentaire
  • Il est une demi-heure avant le début des cours, je vois une ombre se profiler derrière la vitre de la porte, elle hésite, je vois l'ombre osciller, tanguer comme si rentrer dans la salle de classe lui donnait le mal de mer. Puis elle ose : elle pousse la porte, je la regarde entrer, arriver vers moi dans la tenue demander. En la voyant ainsi s'approcher, je regrette de ne pas lui avoir aussi imposé des chaussures, des souliers mettant en valeur son joli corps gracile, des escarpins soulignant l'absence de sa culotte. Ne serait-elle pas encore plus charmante si elle était cambrée par des talons, le cul bien redressé, chaloupant à chaque pas ou bien si elle portait des sandales gladiateurs à lanières remontant haut sur le mollet ? Sur que cela améliorerait encore son maintien, je le lui ordonnerai la prochaine fois.

    Je la regarde lui montre du doigt l'estrade : « Monte, lève les bras bien haut, cambre toi, je veux te mettre en valeur, faire de toi une jeune fille perpétuellement désirable, alors cambre toi bien, montre moi combien ta jeune poitrine peut être excitante ». Je m'approche, te regarde, t'inspecte de prés, fais glisser mon doigt sur tes bras, tes aisselles : « Très bien petit Lyn, tu sais te préparer en femme, c'est un bon début ». J'hume l'odeur de ton cou, déçu je lui tord le nez d'une main et la gifle de l'autre : « Ta préparation doit être parfaite, irais tu rencontrer ton chéri sans te parfumer ? Alors ne l'oublie pas quand tu viens te présenter à moi ». Je lui indique une chaise : « Monte dessus, soulève ta jupe »

    Je reste un instant coi devant la culotte qui est devant mes yeux comme un gant lancé contre ma joue. Je fais glisser mon doigt crispé contre ses cuisses pour vérifier l'épilation de cette impertinent, puis la caresse doucement à travers sa culotte : « Alors tu n'as pas obéis ? Descend, retire ta culotte, mets la dans la poubelle de la classe puis va te mettre au piquet au coin de l'estrade» Je prend mon téléphone portable, fais un numéro : «Elle n'a pas obéis, vous vous en occupez et faites passer le mot d'accord ? » Je raccroche puis va à mon bureau terminer la correction de copie.

    Petit à petit des élèves arrivent dans la classe, par dessus mes copies, j'entends les amies de Lyn s'installer et murmurer : « Tiens mais c'est Lyn, qu'est ce qu'elle fait au piquet ? » « Tu as vu sa jupe d'habitude elle porte de mini que lui arrive t il ? » « Ça me rappelle un truc que m'a raconté ma grande sœur, il parait que le prof il aime jouer avec des élèves et les transformer en cochonne » «Non tu déconnes ? Et Lyn deviendrait cochonne à cause de lui ? Ça m'étonnerait elle est trop cool Lyn » Je savoure intérieurement ces remarques, la sonnerie retentit, je dis sèchement : « Mlle retourner à votre place et ne recommencer plus » Je suis amusé des regards interrogatifs que lui jettent ses amies quand elle retourne s'assoir, combien parmi elles auraient envie de jouer les jeux que va découvrir Lyn ?

    Le cours se termine, la récréation sonne, je sors de la classe avant les élèves et je vois arriver les deux garçons prévenus par téléphone, je leur dis juste brièvement : « Elle est dans la classe, amusez vous bien » Ils entrent, vont vers Lyn et l'un des deux lui dit juste : « Amène toi » Une amie de Lyn essaye de la retenir : « Tu les connais Lyn ? Ce sont des cons » Ils ne prêtent pas attention à cette fille ne faisant pas partie du cercle de jeux et sortent de la classe, sur que Lyn les suivra sans commentaire.

    Arriver devant les wc des garçons, un plaque sa main contre le cul de Lyn : « Pour les désobéissantes, la récré c'est par là » Il pousse Lyn dans les toilettes, ouvre la cabine pour handicapé, le deuxième colle Lyn contre le mur, soulève sa jupe, lèche son doigt, l'enfonce dans le cul de l'indisciplinée et l'encule d'un coup en lui tirant la tête en arrière. Aucun d'eux n'a refermé le verrou de la cabine. L'autre sort deux pinces plates de son cartable et écrase violemment les tétons de Lyn avec : « Alors petite padawane tu n'as pas fais correctement tes exercices ce matin ? Tu n'as pas obéis à ton maitre ? » Il tire, secoue les tétons de Lyn avec les pinces, le garçon qui l'encule joui, se retire, laisse la place au suivant qui commence à s'activer dans le cul de cette soumise qui ne l'est pas encore. Pendant que son ami s'active, le premier jouisseur retourne son préservatif et étale son sperme sur le coté d'une fesse de cette Lyn que tout le monde dit douce et sensible : « Ca va faire une tache sous ta jupe notre foutre humide, ca va me faire marrer quand tu vas expliquer pourquoi tu es tachée à tes copines ». Un gamin de 3éme pousse la porte de la cabine : « ah c'est occupé mais c'est Lyn là, qu'est ce que vous lui faites ? » « On l'encule la petite Lyn, tu savais pas que c'est une enculée ? Allez dégage tu es trop jeune » Le gamin file sans demande son reste. La porte s'ouvre à nouveau, un grand black pointe son nez : : « Ah les sms disaient donc la vérité, Lyn est en train d'apprendre à être une salope » Il sourit, tapote les flancs de Lyn : « Pas mal, bonne nouvelle » Le garçon qui laboure le cul de Lyn essoufflé, le souffle court propose : « Tu en veux aussi ? » « Non merci, moi mes copines je préfère quand elles ne sont qu'à moi, j'aime pas passer après les autres » Le black termine sa phrase en doigtant lyn avec un doigt bagué : « Votre choix est bon, elle aime ça, c'est incroyable il a du nez le prof, j'aurais jamais cru qu'elle puisse devenir une des putains du lycée, allez je me casse »

    L'enculeur finit par jouir, il se retire, comme son copain il retourne son préservatif sur le coté de la fesse de celle qui finalement surprend tout le monde par ses penchants cochon. Il rabat la jupe la frotte bien sur les foutres étalés puis il secoue Lyn par les cheveux : « Alors l'insoumise tu as compris ? Maintenant tu es faite pour obéir à ton professeur, ne l'oublie pas, la fin de la récré va sonner, court vite à ton prochain court » Les deux garçons sortent laissant la porte de la cabine grande ouverte.

    La matinée suit son cours, puis comme toujours la cantine et la longue pose après le repas. Deux jeunes filles noires, plantureuses, aux seins volumineux et les lèvres charnues repèrent Lyn dans la cour, approchent d'elle et comme précédemment, Lyn entend qu'on lui dit : « viens ... » La jeune fille noire ponctue son impératif d'un : « salope » C'est donc un fait accompli, aussi sur que la terre est ronde, pour les initiés du lycée, Lyn est une salope, cela ne fait pas un pi. Les jeunes filles marchent vers l'infirmerie, sures comme les garçons que Lyn les suit sans discuter.

    Arrivée à destination, l'infirmière accueille Lyn à bras ouvert : « C'est donc toi la nouvelle du professeur, je suis heureuse pour toi, tu vas apprendre pleins de choses, devenir une jeune fille épanouie maitrisant son corps et ses plaisirs » Elle conclut sa tirade professionnelle en serrant Lyn dans ses bras puis : « Déshabille toi complètement, mets toi sur la balance » Elle pése et mesure soigneusement nouvelle membre du club des soumises notant soigneusement ses résultats sur un formulaire. « Mets toi sur le lit je l'ai préparé » Lyn remarque alors le lit de consultation avec les étriers gynécologique d'installer et des bandes de tissus pendues à coté du lit, elle s'installe pendant que l'infirmière prend des gants en latex et que les deux jeunes filles s'installe confortablement sur deux fauteuils à proximité du lit.

    L'infirmière commence son auscultation soignée par attacher sa patiente sur le lit d'auscultation avec les bandes de tissus, puis elle palpe largement et grassement les jeunes mamelles de Lyn, pétrit son ventre, ses cuises puis glisse un doigt sans autre cérémonie dans le vagin de notre jeune asiatique. Les jeunes filles regardent avec attention en discutant abondamment. Il ressort de leur conversation que je viens de les baisers une par le cul, l'autre par la chatte sans préservatif et qu'elles ont les orifices coulant de sperme. L'infirmière soupire : « Mlles, il est important que vous conserviez votre hygiène, nous allons arranger cela » Elle poursuit son auscultation enfonçant ses doigts le plus profondément possible. Elle sourit : « Comme toujours il ne s'est pas trompée, elle est parfaite et à de bonnes disposition » Elle sort ses doigts, le gant est luisant de la cyprine de cette jeune fille si facilement émouvable. Elle va à sa table, note les derniers résultats, détache Lyn, lui tapote la joue : « va nettoyer ces jeunes filles inconséquentes qui ne savent pas imposer le préservatif à l'homme qui les fait jouir,tu as 15 minutes avant la sonnerie puis tu retourneras en cour »

    Lui


    2 commentaires
  • Pour les remercier mon prof m'a forcé d'embrasser tout les glands et de déposer un baiser sur chaque clitoris... Ce que je fis avec humiliation et excitation..

    Je rentra chez moi, sans dire un mot, avec le regard vide, et mes pensées affolées, et le cul encore ouvert... Il est tard, je vais dans ma chambre, je me met en nuisette, d'habitude je met une culotte, mais là non.. Je n'ai pas pris de douche, je me sens trop fatiguée, salie, mais excitée.. Je sens mes cuisses mouillées, je passe mon doigt dessus, c'est bien mouillée, j'en suis étonnée ! Je remonte ma main à la source de cette inondation, je réalise que ma chatte est complètement mouillée, et mon désir me fait caresser mes lèvres charnues...

    Je suis allongée sur le lit, les cuisses écartées, ma main sur ma chatte, en train de me caresser, j'ai envie de me refaire pénétrée.. Je me doigte, je passe deux doigts dans ma chatte humide, elle se dilate bien... un troisième doigt... il me faut plus ! Je vais vers l'armoire, je prends le gode que j'ai cacher dans un sac à main, offert par mon ex, il fait environ 30cm de longueur et 4 à 6 de diamètre, en le voyant je me sens mouillée encore plus !

    Je m'appuie contre l'armoire, j'écarte les cuisses, je présente le gode devant ma chatte, je repense à cette phrase " Ça y est la nouvelle putain du lycée est prête " et à ces mots je m'enfonce le gode en moi d'un coup, il m'écarte les lèvres, m'ouvre en deux, me pénètre au fond, que c'est bon..

    Je dois me faire jouir, je suis obsédée ce soir, et mon seul moyen et ce gode, je m'enfonce le gode, je m'acharne dessus, je m'en enfonce un maximum.. Puis je repense à la manière dont je me suis fait enculer... L'envie m'en prend, je touche mes fesses, je me dirige vers le petit trou...

    Un petit moment d'appréhension, mais au toucher je remarque qu'il est toujours bien ouvert, apte à être pris..! J'hésite... « ah oui c'est bon de défoncer le cul serré d'une débutante » ces mots résonnent dans ma tête... je m'approche du lit, je passe ma main sur ma chatte mouillée, puis je dépose cette mouille entre mes fesses, je pose le gode mouillé à la verticale, je m'assoie dessus, le gode entre les fesses "aaaaaaaaaaaaaah !!" j'ai glissée, je me suis empalée dessus.. ... ça fait pas mal, pourquoi..? ça me rappel le moment ou je me suis fait prendre d'un coup au fond par ce jeune homme.. mmmh c'est bon... je fais quelques aller-retour, mais la fatigue se fait ressentir, je n'ai pas joui, je ne peux plus je suis trop fatiguée, je m'allonge, le gode sort petit à petit de mes fesses, il tombe à côté..

    "Moi qui n'aimais pas la sodomie" derniers mot avant mon sommeil...

    Dimanche soir, je sens une boule au ventre, demain j'ai cours... Je vais à la douche et m'épile, parfaitement.. Le lendemain, je me présente en tenue suggérée, mais j'ai mis une culotte.

    7h45, j'arrive devant la salle, d'un pas hésitant, titubant...

    Petite Asiate


    2 commentaires
  • Je souris en voyant le deuxième garçon s'approche du cul de Lynn, Lynn ... ce doit être un peu comme le « dupont » vietnamien. Il tapote doucement doucement le cul de ma jeune élève débutante et murmure « Alors petite salope Lynn, tu aimes cela ? » Le garçon que tu suces te lève ta tête de sa bite : « Répond petite salope d'Asie, tu aimes être enculée ? » Une des filles s'approche de toi, titille, puis pince ton bouton et te dis sur un le ton de la confidence : « Lynn, maintenant tu sais il vaut mieux que tu obéisses de suite et avec empressement quand on te donne un ordre » Elle ajoute caline :</br « Ca fera plaisir à ton professeur et vu ce que tu dégoulines sur mes doigts tu ne le regretteras » A peine a-t-elle fini son discours que je t'assène une claque sonore : « Tu devrais profiter des conseils de tes ainées. » Je retourne m'asseoir sur une table dans la salle de classe.

    Le premier garcon plaque ses deux mains sur ta tête, les appuie violemment pour que tu gobes son sexe jusqu'à la racine. Le garçon derrière toi pétrit ton petit cul, le malaxe, tâte l'étroitesse de ta fleur arrière avec son doigt. Sur un ton de connaisseur, il commente : « petit cul ferme, jeune, serré, sensible, propre, sentant bon, que du bon quoi » Il termine sa phrase en empoignant tes hanches, enfonçant ses ongles dans ta peau, il met sa bite juste contre ta pastille. Je regarde la scène, claque des doigts et fais signe à une des deux filles, avec une moue désabusée elle s'approche en maugréant : « C'est quoi cette mijorée d'asiatique ? Moi la première fois tu m'as enculée à sec. » Je soupire « Ne profite pas que tu n'es plus une de mes soumises et obéis » Elle s'approche de ton cul, sors sa langue, puis lèche ton trou avec un air de dégoût, elle te mord violemment le cul, se redresse, ta claque le cul : « Voilà au moins toi tu auras été un peu lubrifiée avant » A l'adresse du garçon elle ajoute : « Ca y est la nouvelle putain du lycée est prête »

    Le garçon pousse d'un coup sa bite dans ton cul, en un seul coup de rein il colle son pubis contre tes fesses. La blonde se frotte à moi caline : « Ah il fait cela toujours aussi bien, il me rendait folle quand il me le faisait, elle en a de la chance la petite Lynn » Celui que Lynn suce gémit : « Ah cette conne de débutante me sert la bite avec les dents » A ces mots on éclate de rire, je m'agenouille pour que ma bouche soit au niveau de ton oreille : « Alors tu es étroite Lynn cette enculade en un coup te défonce ? Méfie toi si tu sers la bite de l'autre, il va jouir de suite » A peine ai je fini ma phrase que le garçon sucé, râle et jouit, je maintiens la tête de Lynn pour qu'elle boive bien tout le foutre de mon jeune ami, un peu de sperme coulé aux coins de ses lévres. Le garçon s'écarte s'essuyant sa bite humide sur les cheveux de Lynn.

    L'autre, celui de derrière commence à bourrer ce petit cul de notre cochonne laquée Lynn, sans se contrôler, elle remue ses fesses, essaye de s'abstraire à ce laminage de son cul. Je lui donne une tape du plat de la main sur les omoplattes : « Du calme la génisse en soumission » Je lui attrape les deux mains, les mets dans son dos, les tiens en appuyant fortement sur ses reins pour bien la maintenir. Le garçon s'active en gémissant : « ah oui c'est bon de défoncer le cul serré d'une débutante » Nous savourons tous les gémissement de Lynn, ses cris, ses cabrages sous pour éviter la bite qui va et vient dans son cul. De ma main libre, je tire sa tête en arrière : « Tu entends le compliment jeune débutante, tu as un bon cul »

    Le garçon se vide enfin, rependant son foutre blanc sur ce cul ambré d'asiatique, le jeux de couleur est excitant, esthétique. Il se rebraguette, se tourne vers moi : « Bon elle est super la nouvelle, ravi de vous avoir aider pour sa première fois » Il se tourne vers les autres : « On va boire un coup maintenant qu'on a fait notre devoir ? » J'attrape Lynn par les cheveux pendant qu'elle se remet doucement de cette sodomie et que le sperme coule de son cul entre ses cuisses, je lui hurle dans les oreilles : « A genoux petite lycéenne soumise » Je poursuis sur le même ton : « A partir de maintenant tu es à moi, je te veux disponible et obéissante en permanence, à 7h45 lundi, tu viens dans cette classe en robe d'été mi cuisses, nue dessous, je vérifierai ton rasage et ton épilation qui doivent être parfait » « Et maintenant, remercie mes amis qui ont daigné te baiser petite Lynn enculée».

    Lui


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique